LES FOYERS CHAUDIERES
Les foyers chaudières constituent la solution
idéale pour le confort de votre logement.
Si vous possédez une cheminée ou si vous avez l’intention
d’en acheter une et simultanément chauffer toute la maison –
le foyers chaudières fait circuler la chaleur dans les radiateurs
– pour votre total confort dans votre maison.
Les foyers chaudières peuvent fonctionner de façon
autonome ou en liaison avec les autres systèmes de chauffage
de votre maison. Ils sont parfaitement complémentaires et
deviennent la solution la plus économique pour les personnes
ayant déjà installé ou ayant l’intention d’installer les sources
d’énergies suivantes:
a) Panneau solaire thermique – dans ce cas, la
complémentarité est parfaite. Les panneaux solaires
fonctionnement bien le jour et l’été, pour le réchauffement
des eaux sanitaires. Le foyers chaudières fonctionne
normalement en hiver et la nuit pour chauffer l’ensemble
de votre maison et constitue un complément aux panneaux
solaires pour le réchauffement des eaux sanitaires en
l’absence de soleil.
b) Chaudière de chauffage central à fioul – dans ce cas,
lorsque vous arrivez chez vous, et allumez votre foyers
chaudières, un thermostat débranche automatiquement
votre chaudière à fioul, ce qui vous permet d’économiser
considérablement du combustible aux heures de grande
consommation. Cette solution vous permet de payer le
foyers chaudières en 20 mois. L’environnement vous en
est reconnaissant.
c) Gaz ou autres formes de chauffage –
l’inter-liaison avec le récupérateur de chaleur fonctionne
de la même façon que la chaudière à fuel et vous permet
de faire des économies considérables d’énergie, de
disposer d’une meilleure atmosphère dans votre maison
et de minimiser les dommages sur l’environnement,
étant donné que le récupérateur de chaleur à eau
constitue un moyen de chauffage de CO2 neutre.
EN RÉSUMÉ:
+ ÉCONOMIQUE la façon la plus économique de chauffer votre maison.
+ ECOLOGIQUE la solution CO2 neutre pour chauffer votre maison.
+ COMPLÉMENTAIRE peut-être branché seul ou en complément avec
d’autres sources d’énergie, pour un meilleur confort.
LE BALLON TAMPON
Le ballon tampon permet d’absorber le surplus d’énergie dégage par la chaudière et qui ne peut pas être utilisé suite à une demande trop faible.
 
En clair, en intersaison la maison n’aura souvent besoin que d’une petite quantité d’énergie pour assurer le chauffage. La chaudière continuera toutefois à brûler, et pour éviter d’être obligé de la faire fonctionner à un régime trop faible (mauvais rendement, pollution, encrassement..) on injectera l’énergie non utilisée ( eau chaude ) dans un ballon tampon. Une fois tout le combustible brûlé, 0n pourra continuer à chauffer en utilisant l’eau chaude du ballon.
 
la taille du ballon tampon, en règle générale, devra être au minimum égale  à env. 10 x le volume du foyer de la chaudière.
 
L’idéal toutefois est de pouvoir stocker l’énergie dégagée par un remplissage complet du foyer; dans ce cas il faut un ballon égale à env 20x le volume du foyer. Dans ce cas 0n pourra faire fonctionner la chaudière au régime normal (même si presque pas de demande de chauffage) pour avoir la meilleure combustion, donc plus propre et meilleur rendement.
CONSEILS SUR LE CHOIX ET L'UTILISATION DU BOIS

Le bois, naturellement chaleureux.

Choisir l’énergie bois est plus qu’un style de vie. On aime à l’écouter craquer en séchant, en brûlant. Mais c’est aussi le plus naturel des combustibles. Et le plus propre.

Sa combustion rejette le même taux de C02 que lors de sa dégradation en forêt.

Le bois est vraiment un moyen de chauffage écologique. C’est une énergie renouvelable,

une filière rentable 100 % française qui permet de préserver et « cultiver » la forêt.

Ecologique, économique, énergétique

Conseils sur le choix et l’utilisation du bois.

Pour bien profiter de votre chauffage au bois, veiller à choisir un bois propre, (pas de bois usagé, de démolition traité ou enduit de vernis) et qui doit avoir séché entre 18 et 24 mois sous abri.

Pour bien chauffer, trouvez la bonne essence

Les essences de bois sont classées en deux grandes familles selon leur densité :

• Préférez les essences dures comme les feuillus (chêne, hêtre, frêne, châtaignier, charme, noyer, fruitiers, etc.) qui donnent le meilleur rendement à volume égal.;

• les résineux et feuillus tendres (épicéa, sapin, pin, mélèze, peuplier, saule, etc.). brûlent plus vite et sont plus indiqués pour l’allumage de votre feu.

Les feuillus durs sont les plus appréciés pour le chauffage domestique, à l’exception du châtaignier qui éclate en brûlant. Les feuillus tendres et les résineux brûlent plus vite. S’ils sont mal stockés, ils se dégradent rapidement. Les résineux sont néanmoins appréciés pour leur montée rapide en température

Le Bois de Chauffage

Le bois de chauffage est encore aujourd’hui dans nos contrées, le seul combustible renouvelable disponible en grande quantité. Traditionnel, il produit peu de cendres. De plus la combustion du bois ne crée pas de mâchefer.

Le bois est composé à 50% de carbone, 42% d’oxygène, 6% d’hydrogène, 1% d’azote et 1% de matière minérale. Sa forte teneur en oxygène explique pourquoi le bois est un combustible nécessitant peu d’air pour se consumer.

Le pouvoir calorifique du bois varie selon les essences, certaines étant plus performantes que d’autres. Charme, chêne, feuillus viennent en tête. Le tableau classifie les divers bois de nos régions.

Le coefficient 10 correspond à celui qui donne le plus de chaleur au m³. Le pouvoir calorifique du bois varie aussi selon le degré d’humidité qu’il contient. Plus le bois est sec plus la combustion dégage de chaleur, d’où l’importance accordée au temps de séchage et à la façon dont celui-ci a été fait, l’idéal étant un bois ayant de 18 à 24 mois de coupe. Un bois fraîchement coupé contient environ 75% d’eau. Il risque de provoquer la formation de bistre et de goudron dans le conduit de fumée avec tous les inconvénients que cela comporte.

La consommation et l’usure d’un foyer varient considérablement selon la fréquence, le niveau d’utilisation du foyer et l’entretien. Ainsi certaines pièces d’usure hors garantie peuvent être changées : grille, plaque de fond, plaques de côtés, déflecteur, joints de vitre et de porte.

CALCULER LA PUISSANCE DE CHAUFFAGE

calculer le volume en m3 de chacune de vos pièces. Pour obtenir la puissance de chauffage nécessaire, multiplier ce chiffre par le coefficient moyen de votre région.

Ainsi selon la carte de France, vous résidez en :

-région OUEST et SUD : vous multipliez le volume en m3 x par 32 W ;

-région CENTRE et NORD : volume en m3 x par 34 W ;

-région CENTRE EST et NORD : volume en m3 x par 36 W ;

-région NORD EST et : volume en m3 x par 42 W.

L’altitude

Tenez compte de l’altitude. Ajoutez un coefficient multiplicateur aux chiffres précédents:

Région 500 m 1 000 m 1 500 m 2 000 m

Alpes 1.1 1.3 1.4 1.6

Pyrénées 1.1 1.2 1.3 1.4

Vosges 1.1 1.2 1.3

Jura 1.1 1.3 1.4

Massif central 1.1 1.2 1.4

L’isolation

La qualité d’isolation de votre maison joue un rôle important dans le calcul de la puissance de chauffage. Ainsi, le coefficient multiplicateur par région est entendu pour une maison bien isolée. Dans le cas d’une maison très mal isolée, il doit être majoré de 10 W. Ce qui donne par exemple pour l’Alsace 52 W au lieu de 42. A titre d’exemple, à Serre Chevalier (1 500 m d’altitude) :

– si votre pièce de 30 m3 est bien isolée, le calcul est le suivant : 30 m3 x 36 W x 1,4 = 1 512 W ;

– si votre pièce mal isolée : 30 m3 x 46 W x 1,4 = 1 932 W. Pour une bonne répartition de la chaleur, il est conseillé dans ce cas de placer deux radiateurs de 1 000 W dans la pièce.

Vous avez déterminé la puissance de chauffage moyenne. Ajustez, maintenant, votre calcul en fonction de l’isolation de vos pièces. En effet, vous devez :

– retirer 20 % pour les pièces entourées de voisins qui chauffent ;

– retirer de 5 à 10 % pour les chambres et les pièces ensoleillées ;

– ajouter 10 % pour les salles de bains ;

– ajouter de 5 à 15 % pour les pièces à grandes surfaces vitrées ou les pièces situées au nord.

Ces conseils sont donnés à titre indicatif et sans engagements de notre part.

NOS CONSEILS POUR UNE UTILISATION OPTIMALE

 

-Ne pas soumettre le foyer a plus de 3 kg de pression.
 
-Mélanger à l’eau du circuit fermé un fluide anticorrosion compatible avec votre installation
 
Attention ne pas oubliée
le thermostat !!! car le foyer va goudronner.
(ne pas confondre avec le régulateur de tirage )
 
Brancher le thermostat sur les tubes de sortie
(verts radiateurs).
 
Température de travail de 60°C à 90°C maximums.
 
Le circulateur ne doit pas tourner en continu grâce au thermostat.
 
Le circulateur doit pousser l’eau dans le foyer
et non pas la tiré (usure du circulateur).
 
Utiliser de préférence un vase d’expansion ouvert de +/- 25 litres.
 
Si vous utilisez un vase d’expansion fermé, il doit être au minimum de 25 litres avec une vanne de sécurité de 3 kg
 
Démarré le foyer avec une combustion maximum pendant
une bonne heure.
 
Il est préférable d’utiliser des conduits isolés pour éviter la condensation (goudronnage)
 
Attention à ne pas employer du bois vert
(goudronnage et usure prématuré du foyer)

ATTENTION Ces conseils sont donnés à titre indicatif et sans engagements de notre part !